Archives mensuelles : octobre 2010

Day 09 – A book you thought you wouldn’t like but ended up loving.

Un peu d’respect je suis ta mère”, Hernan Casciari.

L’histoire est celle de Mirta Bertotti, mère de famille de cinquante-deux ans qui habite avec son mari, ses trois enfants et son beau-père dans la ville argentine de Mercedes. Elle écrit son blog à propos de tous ses petits tracas quotidiens.
Au niveau du choix du livre dans la librairie, aucun problème, le titre et le résumé ont fait leur travail. Par contre, j’ai mis pas mal de temps à m’habituer au style d’écriture de l’auteure, mais j’ai fini par y arriver et j’ai trouvé le livre génial ! Je ne pouvais pas le lâcher, je riais vraiment à chaque page ! C’est même un peu décevant que le blog s’arrête comme ça, on a envie de continuer à suivre les aventures de cette famille très étranges… Je ne peux que conseiller ce petit livre à toutes celles qui veulent passer de bons moments.

Cet après midi, j’ai enfin pu coincer Sofi toute seule dans la maison et j’en ai profité pour lui demander des comptes sur la culotte à dentelle que j’ai trouvée (je n’avais pas perdu de vue ce mystère).
Je lui dis :
– Oublie que je suis ta mère, aujourd’hui je suis ton amie. Tu couches avec un garçon pas vrai ?
Non, enfin oui, mais machin et patin couffin, et la garce fini par cracher le morceau. Elle couchait pas vraiment, mais elle avait eu des attouchements avec un certain Manija, le fils du boucher.
J’ai pris une bouffée d’air :
– Merci d’être aussi sincère, Sofi… Et maintenant, oublie une seconde que je suis ton amie, lui ai-je dit en lui filant une torgnole qui l’a collée au frigo.
C’était il y a deux heures et j’ai encore mal à la main. De qui elle tient ça, d’être une traînée ?


Day 08 – Most overrated book.

Ne le dis à personne”, Harlan Coben.

Le docteur David Beck et sa femme Elizabeth, journaliste, ont vingt-cinq ans et s’aiment depuis l’enfance. Comme chaque année, ils retournent sur les lieux de leur premier baiser, le lac Charmaine, en Pennsylvanie. Mais la baignade tourne au cauchemar. Elizabeth est enlevée, David, assommé. Le cadavre de la jeune femme sera retrouvé non loin de là, marqué au fer rouge par un serial killer. Huit ans plus tard, le souvenir de cette nuit d’effroi hante toujours David. A l’approche de l’anniversaire du drame, il reçoit un étrange email anonyme contenant un message codé dont seuls Elizabeth et lui connaissent la clé. Qui le lui a envoyé ? Dans quel but ? Si c’est une blague, elle est de très mauvais goût : Elizabeth est morte ; son père, Hoyt Parker, un ancien inspecteur de la police new-yorkaise, a formellement identifié son corps. Et pourtant, le doute s’installe…

A l’époque où je l’ai lu je l’avais trouvé génial, très bien tourné, avec un suspense extrêmement bien géré. Et pourtant aujourd’hui je serais bien incapable d’en lire un autre. J’en ai lu un deuxième, du moins en partie… et j’ai été déçue de voir qu’il utilise à chaque fois les mêmes procédés pour arriver à la fin. Alors quand, en plus, il y a toute une publicité ultra-commerciale qui entoure l’auteur, c’est trop pour moi ! Je préfère de loin découvrir des auteurs moins connus et qui écrivent moins… mais de meilleure qualité !

Le roman a été adapté en film par Guillaume Canet, mais je ne l’ai pas regardé, donc je ne saurais pas dire si c’est fidèle ou non.


Day 07 – Most underrated book.

Sexe, diamants et plus si affinités”, Lauren Weiseberger.

C’est l’histoire d’Emmy, Leigh et Adriana, très proches amies depuis dix ans et menant la belle vie à New York. Belles, sexy, dans le vent, elles connaissent par cœur tous les endroits tendance de Manhattan. Pourtant, un samedi soir un peu trop arrosé, elles font un pacte qui va bouleverser leur existence : chacune des trois doit changer radicalement de comportement… surtout à l’égard du sexe fort, bien sûr ! Car Emmy, si près du mariage et du bébé tant rêvés, vient d’être quittée brutalement par son fiancé qui lui a préféré sa stagiaire de 23 ans. Pour ses amies c’est un signe : Emmy doit prendre du bon temps et s’envoler vers un tour du monde pour le moins olé olé…

C’est le livre qui m’a fait découvrir la « chick-litt », que je considérais jusque-là comme une littérature plutôt moyenne, pour les jeunes écervelées. Et puis finalement je me suis régalée et depuis je ne peux pas m’empêcher d’avoir envie de lire des romans de ce genre-là. Et du coup, il n’est pas rare que je me retrouve avec un de ces livres dans les mains, souriant à chaque page ou presque… Finalement ce livre m’a permis de changer d’avis sur un certain genre de littérature et de ce fait m’a appris à ne pas juger un livre trop vite.


Day 06 – A book that makes you sad.

L’écume des jours”, Boris Vian.

Je n’ai lu qu’une fois ce livre, quand j’étais au collège, suite à l’exposé plus que réussi d’une de mes camarades de classe. J’ai beaucoup pleuré en lisant ce roman et je crois que malgré le fait que je me le suis acheté, je ne pourrais pas le relire. Il était déjà douloureux, mais aujourd’hui, avec ma situation personnelle il l’est encore plus. Et puis comme parfois il y a des périodes où nos choix de lectures n’aident pas notre moral, j’ai aussi beaucoup pleuré en lisant « Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi » de Mathias Malzieu qui a finalement été une sorte de thérapie. Et enfin il y a un auteur qui m’a faite pleurer, c’est Paulo Coelho avec « L’alchimiste » et « Veronika décide de mourir », qui m’ont aussi faite réfléchir sur ma vie et ma façon d’appréhender les évènements.

Le vent se frayait un chemin parmi les feuilles et ressortait des arbres tout chargé d’odeurs de bourgeons et de fleurs [… ] Le soleil dépliait lentement ses rayons et les hasardait, avec précaution, dans des endroits qu’il ne pouvait atteindre directement, les recourbant à angles arrondis et onctueux, mais se heurtait à des choses très noires et les retirait très vite, d’un mouvement nerveux et précis de poulpe doré.