Ecorces de sang – Tana French

Résumé :  1984, Knocknaree, Irlande. Peter, Adam et Jaime disparaissent dans le bois profond où ils ont pris l’habitude de jouer, près de leur lotissement. Seul Adam sera retrouvé, le dos mystérieusement lacéré, sans aucun souvenir de ce qui s’est passé. Vingt ans plus tard, une adolescente de 12 ans, Katy, est retrouvé morte sur une pierre sacrificielle mise à jour par des archéologues près du lotissement de Knocknaree. L’inspecteur Rob Ryan et sa collègue Cassie Maddox sont chargés de l’enquête. Rob connait bien l’endroit puisqu’il n’est autre qu’Adam, le survivant.

 

Ma critique : J’avais déjà lu « Comme deux gouttes d’eau » de cette même auteure et j’avais été profondément marquée par l’histoire. C’est donc sans hésitation que j’ai acheté celui-ci, qui était en fait son premier roman.

Je l’ai déjà dit, je suis une grande amoureuse des romans policiers, et particulièrement de cette auteure qui réussi à me prendre dans l’histoire. Le suspense, la douleur et la violence des histoires de Tana French résident dans les non-dits et l’imagination et c’est ce qui fait, je crois, la force des textes : il n’y aucune volonté d’impressionner le lecteur par la surenchère.

L’histoire est tout de suite prenante, même s’il s’agit là d’une enquête sur un meurtre plutôt horrible. La deuxième intrigue, plus ancienne et plus compliquée, est elle aussi très prenante, voire même plus que la première. Je me suis (encore une fois) sentie happée par le livre et quand j’ai finalement tourné la dernière page, le retour dans le monde réel à été difficile. D’ailleurs j’ai été très frustrée par la fin (là aussi encore une fois) qui est vraiment « violente » quand on vit le livre comme j’ai pu le vivre.

J’ai eu plaisir à retrouver l’héroïne de « Comme deux gouttes d’eau », même si elle n’est pas le personnage principal du roman et qu’on la côtoie beaucoup moins. Le héros, quant à lui, est très attachant, même si parfois on peut se demander ce qu’il a dans la tête ! Cependant il est agréable à suivre et on a presque envie de l’avoir en tant qu’ami, malgré son mauvais caractère…

Bref, c’est un véritable régal vous l’aurez compris !

Un extrait :

« J’avais cru, pendant longtemps, tout comme la police, les médias ou mes parents que j’étais le miraculé, le rescapé épargné par la vague qui avait englouti Peter et Jamie. Je n’y croyais plus. Ce bois, je ne l’avais jamais quitté. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :