Archives mensuelles : janvier 2011

Ca recommence ! (et bon anniversaire à Kronk !)

C’est horrible, j’ai de nouveau des envies de téléphone portable ! Détrompez-vous, le mien fonctionne encore, je l’aime toujours autant… mais il y en a un que j’aime encore plus ! Peut-être que si dans le mois de février je touche ma pension orphelinat je ferai une petite dépense, allez savoir… En tous cas, voici le fruit de tous mes désirs, le Samsung Corby Txt (oui, je reste quand même amoureuse des Samsung Corby…) :

Bref… Récemment j’ai cédé aux sirènes des soldes… Souvenez-vous du sac donc je vous parlais la dernière fois. Mais si, celui que j’avais vu me faire de l’œil chez New Look ! Ah, vous voyez, ça vous revient ! Eh bien il est à moi !!

J’ai craqué, je l’ai trouvé beau comme tout. La couleur est plutôt agréable, c’est un gris qui ne fait pas trop « triste ». Il est grand et il emporte pas mal de choses, mais pas mes feuilles de cours, ce qui est dommage… Son gros désavantage par contre : son poids ! Avec les deux anses en chaines, il se fait sentir. Pourtant on s’y habitue rapidement et du coup je ne trouve rien à y redire. Et puis quand c’est soldé à -50% hein…

Comme je le disais en titre, c’est l’anniversaire de Kronk, donc un très joyeux anniversaire à toi si tu lis cet article !


L’esprit calmé

C’est plus calme que je reviens ici… Ma grosse colère face à l’université est retombée, même si je pense encore tout ce que j’ai écrit. J’ai décidé d’appliquer la méthode du « détachement bouddhiste » prônée par  l’Ingrat et qui a l’air de plutôt bien fonctionner avec lui…

Maintenant, ce détachement bouddhiste ne marche pas particulièrement bien quand on me parle d’avenir. On est au mois de janvier et il me faut trouver un stage de fin d’année, écrire un projet professionnel qui tient la route et commencer des lettres de motivation pour un boulot d’été (oui, oui, déjà !). Et en plus, il va falloir faire les vœux pour la bourse du Crous de l’année prochaine…La recherche de stage ne se déroule pas tout à fait comme je le voudrais. La plupart des stages vraiment intéressants sont à Paris, et celui qui est ce qu’on appelle « parfait » est à…. Douai !! Évidemment, je ne connais personne qui pourrait me loger sur Douai, mais je ne résiste pas à la tentation de demander le stage tout de même…
Du côté du projet professionnel, j’ai eu la bonne idée il y a quelques mois de commencer à m’interroger et à chercher comment en réaliser un. Du coup, aujourd’hui j’ai un « gros brouillon » qu’il va me falloir retravailler…
Quant aux jobs d’été, je cherche, je cherche, je cherche !

Mais, je ne suis pas désespérée. D’ailleurs, hier soir, j’ai profité de ma soirée pour me faire un bain de pieds aux huiles essentielles. C’est quelque chose de vraiment très agréable et je crois que ça va devenir un passage obligé chaque semaine.
Et maintenant je dois vous faire un aveu… Les soldes. Au début, je ne trouvais rien qui m’intéressait véritablement… jusqu’à hier. J’ai fait une fixation sur un manteau d’hiver rouge… et puis j’ai envie d’une paire de bottes. Malheureusement pour moi mais heureusement pour mon compte en banque, je n’ai pas trouvé de perles rares. par contre, mes yeux ont brillé devant un sac à main de chez New Look. je regrette de ne pas l’avoir acheté… mais rien n’est perdu !! Je n’ai pas trouvé la bête sur le site de New look, je ne peux donc pas faire briller vos yeux ! Je vous tiens au courant si je l’achète ou non…


Lettre ouverte

Madame l’Université,

Je suis actuellement étudiante en troisième année de licence information et communication. J’ai choisi de faire cette licence parce qu’elle semblait correspondre à mes attentes : une licence assez généraliste, qui me permettrait de m’ouvrir assez de portes pour mon futur. La première année, je me suis accrochée, j’ai pris avec un grand sens de l’humour tous les problèmes qui se trouvaient sur ma route, comme les retards des profs, le peu de travail personnel qu’on nous demandait etc., n’avaient finalement pas tant d’importance que ça, du moment que je travaillais pour arriver à mes fins.

J’ai validé ma première année, malgré une grève qui a paralysé la fac pendant plusieurs mois. Et puis le temps est venu de passer en seconde année. J’avais pris la bonne résolution de travailler correctement et de façon régulière pour arriver à valider ma seconde année avec d’excellentes notes. Cette année-là pas de grève pour gâcher mon plaisir, mais les profs semblaient s’être donné le mot pour tous toujours arriver en retard ! Encore une fois, j’ai validé mon année, mais ma foi dans ma licence était vraiment bien entamée !

Et me voilà, en troisième année, tant bien que mal. Comme à chaque rentrée scolaire, je prends des résolutions, me disant que cette fois je ne lâcherai pas l’affaire ! J’ai suivi mon premier semestre avec assiduité, riant encore une fois des retards perpétuels des professeurs, notant même chaque jour combien de temps nous rations de nos cours… Le résultat était souvent affligeant, mais j’ai pris sur moi. Après les examens du premier semestre, nous voilà tous lancés à corps perdus dans le second semestre. Enfin c’est ce que nous croyions.

Premier jour de cours : 25 minutes de retard de la part du professeur, des problèmes de groupes à régler au secrétariat et pour terminer en beauté, le « cours » a été terminé au bout de 45 minutes, sur les 3 heures de prévues. Et dans ce même cours, on nous demande de prendre 2 heures de notre temps libre pour réaliser un devoir. Or, si on fait les calculs correctement : le professeur arrive à l’heure, il fait son cours… et nous avons le temps de faire le travail demandé sur nos heures de cours. Attention, le problème n’est pas de faire un travail, mais qu’on nous demande de le faire sur nos heures de libres tandis que le professeur nous laisse quitter la salle de cours avec 2h40 d’avance !

Deuxième jour de cours, des problèmes d’emploi du temps ont commencé à survenir sur le bureau virtuel. Et encore du retard. Et aujourd’hui… une absence dont on ne nous prévient pas. Bref, que des choses particulièrement agréables.

Sans les nommer et sans tomber dans la délation, je souhaiterai juste pousser une gueulante au niveau des professeurs. Je trouve totalement anormaux certains comportements. Si certains élèves de ma promotion ne respectent ni les professeurs ni leurs camarades, ça n’est pas le cas de tout le monde. Certes ils devraient faire des efforts, mais les professeurs devraient eux aussi y mettre du leur.

Les retards sont le lot de tous, on est bien d’accord. Mais quand c’est chaque semaine 15 minutes/20 minutes voire même plus… vous avouerez qu’à force ça devient lassant !

En revanche, les comportements agressifs de certains sont beaucoup moins « acceptables ». Autant je peux comprendre que le brouhaha ambiant dans les amphis soit difficilement supportable, ce n’est pas le fait de tous les étudiants et ce ne doit pas être répercutés sur tous.

Une autre chose également. Si on nous sanctionne pour nos fautes d’orthographe, je pense qu’on doit aussi nous fournir des cours qui soient écrits en français convenable. Au niveau écrit, qu’on nous donne des cours qui ne soient pas remplis de fautes d’orthographe… et à l’oral, qu’on nous fasse des cours qui soient compréhensibles, tant au niveau de la langue qu’au niveau du contenu.

Et enfin, l’organisation et la communication au sein même de l’UFR… Il serait bien d’arriver à communiquer les messages aux étudiants à temps, certains cours nous étant rajoutés du jour pour le lendemain. Si aujourd’hui la plupart d’entre nous ont un accès à internet à domicile, ce n’est pas le cas de tout le monde, souvent faute de moyens financiers. Il semble dont plutôt logique de ne pas prévenir la veille pour le lendemain d’un rajout de cours. La communication ne passe pas également lorsque l’on souhaite obtenir des réponses, il n’est pas rare qu’on nous réponde « je ne sais pas » ou bien qu’on nous envoie d’un bureau à l’autre sans jamais nous répondre.

En espérant que j’ai réussi à faire passer mon message.


C’est la fin des vacances !

Hé oui, il est temps de retourner sur les bancs de la fac pour un autre semestre… Mais pour l’instant, on est encore en weekend et j’ai bien l’intention d’en profiter ! En commençant par la soirée d’anniversaire de la jeune Cherry, ce soir. D’ailleurs, je lui avais fait une petite carte pour son anniversaire (ce qui change quand même des nombreuses cartes de vœux que j’ai faites il y a un mois !), en voici la photo :

Ce soir donc, nous fêterons son anniversaire ! Et pour l’occasion, j’ai fait des macarons. Avec l’aide de l’Ingrat, et franchement, sans lui, je pense que j’y serais encore !!! La recette que j’avais était un peu étrange, mais nous l’avons accommodée pour essayer d’en faire quelque chose de pas trop mauvais. Si nous avons été convaincus par les macarons les plus moches, j’espère que les invités de ce soir seront convaincus par les jolis !

On ne peut pas dire qu’ils aient la tête des macarons de chez Ladurée ou de chez Baillardran… mais au moins ceux-là ils sont fait avec plein d’amour !

Voilà pour des nouvelles fraiches. Pas grand-chose à raconter, mais j’avais envie de partager un peu !