Les choses vont mieux.

Ou du moins je suis en phase d’aller mieux.

J’ai l’esprit tourné vers mon futur scolaire et professionnel. La réussite de ma licence et l’entrée en master se font de plus en plus proches et me semblent de plus en plus difficiles. Je n’ai pas de stage pour valider mon année. Il ne me reste plus beaucoup de temps, j’espère en avoir un rapidement. Je n’ai pas de travail pour l’été, je suis en recherche.  J’ai mis de côté ma lecture du moment et mon blog entre parenthèses (une critique de livre ne devrait quand même pas tarder à être mise en ligne). En ce moment mon quotidien est peuplé de marketing, de CV et de lettres de motivation. Advienne que pourra.

Ce n’est pas mieux au niveau familial, mais ce n’est pas le lieu d’en parler. Mais j’ose espérer des jours meilleurs. Bientôt.

L’art du lâcher prise. Je m’y essaye. Vendredi soir, je suis allée au restaurant avec Mademoiselle Natura, chez « Peppone ». Si les bordelais passent par là… avis aux amateurs ! Délicieux et pas excessivement cher, et en plus c’est du bonheur pour les yeux à l’intérieur. S’en est suivie une petite séance de cinéma avec « Paul », qui est plutôt drôle (avec en prime la participation furtive de Jane Lynch aka. Coach Sylvester) et dont la critique suivra bientôt sur mon autre blog.
Et puis, j’ai continué samedi avec la Parfaite Connasse. Des folies dans les magasins, ça faisait longtemps que je n’en avais pas fait. Et voilà le résultat :

Un petit T-shirt avec les 7 Nains…

Une jolie veste rouge, pour bien commencer le printemps !

Mon péché mignon… les chaussures ! (40ème paire de ma collection)

Et des boucles d’oreilles toutes vertes, pour une touche printanière (encore).

Et puis, malgré une tonne de travail, ce soir j’ai cuisiné un peu, pour le retour de mon Lui. Des feuilletés à la viande accompagnés de pommes de terre sautées :

Les nouvelles du jour bonjour ! J’ai très envie de changement depuis quelques jours. Je ne sais pas si je vais rester sur wordpress ou partir sur hautetfort, j’hésite. C’est le printemps, c’est probablement ce qui explique le mieux mes envies d’ailleurs. J’ai des envies de vert, de bleu et de couleurs pastel… Je verrais bien, et vous aussi !

Mon envie de mettre en place un swap est toujours là, mais je n’ai pas eu de retours, à part de la part de LadyBird (merci !). Je vais continuer à y réfléchir et peut-être faire un « coup de pub »… Et pour terminer ce billet, une petite photo de mes légumes, qui sont colorés et qui donnent des envies d’été (moi qui préfère l’hiver, c’est un comble !).



Business Woman !

Je n’ai pas disparu de la planète, je n’ai juste pas eu beaucoup de temps pour écrire pour l’instant. La fac continue bon train, les cours se poursuivent, plus ou moins intéressants. Le boulot s’accumule toutefois et je dois bien avouer que c’est la première fois que je me sens aussi comblée à la fac, depuis le début de ma licence ! J’ai presque un stage. Je ne veux pas crier victoire trop tôt, alors j’en parlerai plus tard…

J’ai reçu le catalogue de France Loisirs il y a quelques jours, et j’ai eu le malheur d’aller y jeter un œil… Malgré ma PAL déjà bien imposante, 5 grosses envies se sont présentées à moi :

– « Tante Mame », Patrick Dennis
– « Le bureau de mariage de M. Ali », Farahad Zama
– « La bourgeoise », Gil Debrisac
– « Histoire du 36 quai des orfèvres », Claude Cancès
– « Métronome », Lorànt Deutsch

Ils partent donc directement dans ma wishlist, que j’ai mise à jour récemment. D’autres mises à jour devraient paraitre bientôt : la critique du « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates », la critique de « Tron » (dont la musique est juste géniale !), la critique de « Requiem pour une tueuse » et enfin celle de « Never let me go ». De l’écriture en perspective… Je vous laisse avec ça :


Miam !

Hier soir, dans un moment d’ennui, et d’envies chocolatées, je me suis dit que je pourrais bien faire un petit quelque chose pour le dessert. Ni une ni deux, j’ai regardé dans mon frigo et dans mes placards… et j’ai trouvé de quoi faire cela :

Elles étaient bien bonnes…

Sinon. J’ai rajouté une page, en haut : « Pile à lire », qui comme son nom l’indique, rassemble tous les livres que j’ai dans ma bibliothèques et que je dois lire… En parlant de livres, je me suis aussi inscrite sur Babelio :

Mon profil sur Babelio.com
Et là, je viens de finir de feuilleter le catalogue de France Loisirs de mon Lui (heureusement que je ne suis pas abonnée moi-même !) et j’ai déjà 5 livres à rajouter dans mon petit carnet de lectures… Si on ne compte pas tous les Agatha Christie qui me font envie !Ils vont tous atterrir dans la « wishlist » qui a été mise à jour, tout comme ma « Big List« , qui a un peu évolué ! Des nouvelles rapides pour le moment, mais bientôt un peu plus !
Oh et, j’ai envie d’organiser un swap, mais je ne sais pas s’il y aurait des personnes partantes et s’il y en aurait assez surtout… Faites signes si vous êtes tenté(e)s !

Aux urnes !

Vu sur le blog de Ladybird, j’ai eu envie moi aussi de m’inscrire… Donc me voilà officiellement en compétition sur le site de cosmopolitan pour l’élection du meilleur blog de l’année 2011. Bon, je fais ça comme ça, pour m’amuser, je ne pense pas avoir tant de chances que ça, et puis c’est pas ce qui compte ! Si l’envie vous prend de cliquer sur le petit lien, j’en serais ravie !

Des news pour bientôt !


Vague de chaleur – Richard Castle

Résumé : Le corps d’un magnat de l’immobilier est découvert au pied de son immeuble de Manhattan. Visiblement, quelqu’un lui a donné un coup de pouce pour qu’il fasse le grand saut… Dans le même temps, sa ravissante épouse au passé obscur échappe de justesse à une agression.
Dans la fournaise new-yorkaise, les esprits s’échauffent, les passions se déchaînent. Un autre meurtre entraîne la police dans le monde opaque de l’immobilier, des paris, de l’argent douteux. Un univers où le secret et le silence font la loi.
Mais Nikki Heat est là pour mettre de l’ordre dans cette sale affaire. Malgré la présence imposée d’un journaliste fort encombrant (mais charmant), l’enquêtrice de choc va découvrir un à un tous les secrets du mort, un flambeur et joli cœur qui ne manquait pas d’ennemis. Des secrets que pas mal de monde aurait préféré oublier…

Ma critique : Comme quasiment tout le monde j’ai regardé la série diffusée à la télévision et j’ai rapidement été séduite par le duo de choc composé de Richard et Kate… Lorsque Castle présente son nouveau livre dans la série, je me suis dit que ça serait drôle que le livre existe réellement, et quelques mois plus tard, le voilà dans les rayons des librairies !

En tant qu’amatrice de bons policiers, je dois bien avouer que j’ai été un peu déçue par l’histoire un peu légère de ce roman. Au lieu d’un véritable roman policier, j’ai trouvé qu’on avait plus à faire à de l’histoire plutôt « romantique ». Certes il ne faut pas oublier que l’héroïne est inspectrice, mais la plupart du temps, le texte relate les tensions entre les deux protagonistes principaux, jusqu’à ce qu’ils passent à l’action.

Je n’ai pas pu me détacher de l’image de Richard et Kate, ce qui, je suppose, est quelque chose de voulu. Toutefois, j’aurais aimé ne pas penser à d’autres personnages en suivant cette histoire.

Les personnages, puisqu’on parle d’eux, sont plutôt sympathiques, comme dans la série finalement. Rook est un poil énervant, mais bien souvent attachant… Quant à Nikki, je dois bien avouer que je l’envie quelque part : elle a vécu des choses dures, mais elle a réussi à s’en faire une carapace pour continuer vivre et elle obtient toujours ce qu’elle veut, que ce soit en salle d’interrogatoire ou face à un homme tel que Rook.

La fameuse scène de la page 105. J’en attendais beaucoup puisqu’elle a quand même monopolisé eu un franc succès dans la série. Je ne peux pas dire que j’ai été subjugué, mais je ne peux pas nier qu’elle est plutôt bien écrite. Toutefois, elle reste bien moins croustillante que ce qu’on a bien voulu nous laisser entendre…

Un bon roman, qui se lit très bien dans le train mais qui manque un poil de suspense.


Shoe Addicts – Beth Harbison

Résumé : Certaines femmes, paraît-il, n’atteignent jamais le plaisir. Lorna, Hélène, Sandra et Joss, quant à elles, savent très bien comment monter au septième ciel : il leur suffit de regarder, toucher, essayer et – comble de jouissance – s’offrir les plus belles chaussures de luxe must have du moment en faisant exploser leur compte en banque. Chaque semaine, elles se retrouvent  dans leur club de « Shoe Addicts » pour échanger escarpins, mocassins, sandales et autres petites paires aussi divines qu’irrésistibles… Mais bien plus que leur addiction commune, les quatre amies vont rapidement partager de nouveaux secrets. Des fardeaux jusque-là inavouables et devenus trop lourds à porter…

Ma critique : C’est un titre qui me correspond complètement et c’est d’ailleurs ce qui m’a donné envie de le lire, même si je me suis rapidement rendue compte que je n’en étais heureusement pas au point des héroïnes du roman… Je ne connaissais absolument pas l’auteure, je savais simplement qu’elle écrivait de la chick-litt apparemment plutôt appréciée. Très rapidement je suis entrée dans l’histoire, riant des bêtises des unes et me demandant vraiment ce qui allait arriver…

J’ai beaucoup apprécié la présentation des personnages par chapitre, passant habilement de l’un à l’autre. Lorsque les choses se sont un peu plus « mélangées » j’ai eu un peu plus de mal à suivre, mais j’ai fini par m’habituer… pour ne plus lâcher l’histoire jusqu’à la fin !

Lorna m’a beaucoup plu par son caractère à mi-chemin entre la battante et la « je m’en foutiste », elle est drôle, piquante et ne manque vraiment pas d’humour. Je me suis toutefois beaucoup plus attachée à Hélène et Sandra. Hélène, certainement à cause de son idiot de mari, m’est apparue comme sympathique et très douce, ce qui m’a permis de vraiment l’apprécier. Quant à Sandra, j’ai adoré la cassure entre sa personnalité introvertie à l’extrême et son travail plutôt « osé » et quelque part pas évident. La dernière arrivée des quatre, Joss, avait des côtés qui m’agaçaient, surtout quand elle ne voulait surtout pas faire de mal à sa patronne alors que celle-ci ne se gênait pas…

L’imagination d’un groupe de « Shoe Addicts Anonymes » m’a beaucoup plu, même si je dois bien avouer que je ne connaissais que très peu des noms de créateurs qu’elles citaient. On sait bien évidemment d’avance que l’histoire finira bien, mais on se demande quand même à quel moment les choses vont bien tourner et surtout comment elles vont faire pour se sortir de leurs problèmes respectifs… Une histoire un peu « facile », mais qui permet de se détendre et de rire de bon coeur…

Un extrait :

Du sexe en boîte. Voilà ce que c’était. Du sexe en boîte… troublant, excitant, décadent.
Lorna Rafferty écarta le papier de soie et aussitôt l’odeur entêtante du cuir envahit ses narines, envoyant un frémissement familier au plus profond de son être. Même après s’être tant de fois soumise à ce rituel, la sensation -cette excitation – ne perdait rien de son pouvoir.
Puis elle effleura le cuir aux coutures serrées et sourit. C’était plus fort qu’elle… un vice délicieux poussé à son paroxysme sensuel, tactile, hédoniste… qui la faisait frissonner de la tête aux pieds.
Elle fit courir ses doigts sur la surface lisse, glissa sur la cambrure gracieuse comme un chat qui s’étire sous le soleil de midi; sourit à la pointe, affûtée mais gratifiante, du talon aiguille. Oui. Oui… Le pied.